Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Si le mode d’existence de l’objet technique n’est qu’un mélange astucieux de deux autres modes, il n’aurait rien en propre ? Aucun doute qu’il soit difficile à saisir, encore plus labile, peut-être, que les êtres de la magie suivis par Simondon. C’est en effet qu’il est rare et que le terme « d’objet » technique risque de nous égarer. Ni le mur, ni la table, ni le vase —ni la voiture, ni le train, ni l’ordinateur, ni l’animal domestiqué— ne sont « techniques » une fois laissés à eux-mêmes. Ce qu’il y a d’objet en eux dépend de la présence des composés dont chacun a été arraché par des métamorphoses à la persistance des êtres choisis comme point de départ —inertes ou vivants— dont chacun prête certaine de ses vertus, bien sûr, mais sans qu’on puisse le plus souvent durablement profiter de leur initiative et de leur autonomie. Les ingrédients de ces mélanges demeurent étrangers les uns aux autres. Ils acceptent d’être traduits, détournés, disposés, agencés, mais ils n’en restent pas moins sur leur « quant à soi », prêts à lâcher à la moindre occasion. Si l’on n’y veille pas, le mur s’écroule, le bois taraudé par les vers tombe en poussière, le cristal s’opacifie ou se brise —la voiture tombe en panne, le train déraille, le cheval redevient sauvage, quant à l’ordinateur, je préfère ne pas en parler tant il est fragile (le mien vient de tomber en panne au retour de vacances, par une sorte de dépression maléfique…). C’est des techniques bien plus que des textes qu’il faut dire tradutore, traditore. On ne trouvera donc jamais le mode d’existence technique dans l’objet lui-même puisqu’il laisse partout des hiatus : d’abord, entre lui-même et le mystérieux mouvement dont il n’est que le sillage ; ensuite, à l’intérieur de lui-même entre chacun des ingrédients dont il n’est que l’assemblage momentané 12. Il n’y a jamais en technique de solution de continuité ; ça ne « fait jamais raccord ».

L’épreuve est facile à mener : il suffit de se retrouver les bras ballants devant un « machin », un « truc » dont le sens vous échappe totalement, peut- être un cadeau qu’on vous aura fait, ou un dispositif dont le mode d’emploi est opaque, ou encore un caillou du Châtelperronien dont les tailleurs ont disparu depuis quarante mille années : tout est là, et pourtant rien n’y est visible. Comme si l’objet n’était qu’une partie seulement d’une trace, d’un tracé, d’un mouvement dont le sens vous échappe. On prêche dans les églises que la Lettre des Écritures restaient inertes sans l’Esprit qui souffle où il veut ; c’est bien plus vrai encore des os blanchis de l’objet technique qui attendent que l’esprit de la technique vienne les soulever, les recouvrir de chair, les agencer à nouveau, les transfigurer, le mot n’est pas trop fort : les ressusciter.

L’objet technique a ceci d’opaque et, pour tout dire, d’incompréhensible, qu’on ne peut le comprendre qu’à la condition de lui ajouter les invisibles qui le font exister d’abord, puis qui l’entretiennent, le soutiennent et parfois l’ignorent et l’abandonnent. —Encore des invisibles ? N’est-ce pas trop fort, comme si j’avais un penchant obsessionnel pour ajouter de l’irrationalité même au cœur de l’efficacité la plus matérielle et la plus rationnelle ! —Mais non, sans les invisibles pas un objet ne tiendrait et surtout pas un automate ne parviendrait à ce prodige de l’automation. De même que l’on oublie d’ajouter à la connaissance objective les chemins de la référence, on omet toujours d’ajouter aux objets techniques ce qui les instaure sous prétexte, ce qui est vrai aussi, qu’ils se tiennent tout seul une fois lancés, sauf qu’ils ne peuvent jamais demeurer seuls et sans soin —ce qui est vrai aussi. Décidemment, la technique est mieux cachée que la fameuse aletheia.

—Ah, vous voulez dire qu’il y a des techniciens, des ingénieurs, des inspecteurs, des surveillants, des équipes d’intervention, des réparateurs, des régleurs, autour et en plus des objets matériels ? Bref des humains, et même un contexte social ? —Mais non, je n’ai rien dit de tel et pour la bonne raison que les techniques précèdent les humains par des centaines de milliers d’années et que, de toutes façons, je ne sais rien de ce qu’est que « l’humain » ; par quoi vous voulez dire, je le subodore, le « sujet qui maîtriserait la matière », cet Homo faber de la mythologie moderniste laquelle ne respecte même pas dans ce qu’elle célèbre le sens du courbe, du biaisé, du déhanché, la marche en crabe de la technique. Si la pornographie tue l’érotisme, le « hype » comme disent les Américains, tue le désir d’objet technique encore plus sûrement. Si l’on ne comprend rien à la cure en se donnant un sujet angoissé, si l’on ne comprend rien à la connaissance en se donnant un cogito, on ne comprendrait rien au mode d’existence technique en supposant qu’un fabricant serait aux commandes. Il y a bien plus dans les fabrications et les artifices, qu’un fabricateur et un artificier. En ajoutant un constructeur aux constructions on ne comprendrait rien de plus, puisque c’est le (dé)constructivisme même qui manque de sens. Les êtres techniques viennent au technicien et non l’inverse. Mais comment ?

12 C’est ce que je me suis efforcé de suivre dans Aramis, Ou L’amour Des Techniques. La Découverte, Paris, 1992.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.