Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Le type de transcendance de l’acte technique

Si la technique est transcendante comme tous les autres modes, par conséquent, ce doit être à sa façon. Mais laquelle ? Comment comparer les êtres avec pour seul outillage des objets et des sujets ? Tout bricoleur sait bien que son habileté s’accroît s’il dispose, au lieu de quelques outils rudimentaires, d’une panoplie de tournevis et de clefs anglaises, de scies et de pinces. C’est le génie de Simondon d’avoir vu qu’on ne pouvait préciser le mode d’existence de l’objet technique qu’en le titrant grâce à ceux de la magie, de la religion, de la science, de la philosophie. C’est le seul usage rationnel qu’il faut donner, d’après moi, au proverbial rasoir d’Occam. On s’en sert maladroitement si l’on se met à couper à tort et à travers pour limiter arbitrairement le nombre d’êtres. Je crois au contraire qu’il convient d’en faire usage comme d’un nécessaire de scalpels de tailles et de formes diverses luxueusement logés sur un lit de satin dans un coffret de bois verni pour découper selon les articulations même de l’animal tous les modes d’existence, sans accepter de rompre le cou d’aucun…

Quelle est donc l’abaliété propre au mode d’existence technique —pour emprunter à Souriau l’un de ces beaux vocables qu’il oppose à la seule recherche de l’identité ? Pas de doute, il s’agit bien d’un saut, d’une faille, d’une cassure même, d’une rupture dans le cours des choses, ce qu’on appelle une invention humble ou géniale peu importe. Il suffit pour s’en convaincre de regarder autour de soi et de commencer à prendre la mesure de ce que la technique a fait subir aux êtres qu’elle se donne comme point de départ.

Les pierres de votre maison gisait dans une carrière fort loin d’ici ; le bois de votre meuble en tek allait son chemin quelque part en Indonésie ; le sable de votre vase en cristal dormait au fond d’une vallée de la Somme ; et ainsi de suite. Mais n’est-ce pas aussi le mode d’altération des métamorphoses, cette stupéfiante habilité à changer de forme ? C’est en effet qu’il y a de la magie dans la technique —tous les mythes le disent et Simondon l’a saisi mieux que personne. Regardez de nouveau autour de vous : vous ne pourrez établir aucune continuité entre la carrière, la forêt tropicale, la sablière et les formes qu’elle ont su suggérées à leurs fabricants en devenant quelques unes des composants de votre demeure. Il y a donc bien eu métamorphose, et ce n’est pas par hasard si l’on parle, à propos de la technique, de ruse, d’habileté, de détour, de metis. On sent bien des harmoniques entre la subtilité nécessaire pour déjouer les pièges des démons et celle qu’il faut mettre en œuvre pour trouver « le truc ». En tous cas, les deux biaisent parce que, selon l’admirable expression populaire, « il y a toujours le moyen de moyenner ». Si Ulysse est « plein de ruses », si Vulcain boite, c’est parce que, à l’approche de l’être technique, rien ne va droit, tout se fait de biais —et même parfois tout va de travers. Mais en même temps, ma table, les murs de ma maison, mon vase de cristal demeurent.

Contrairement aux êtres de la métamorphoses, et donc de la magie, une fois radicalement transformés, les êtres de la technique imitent ceux de la reproduction par leur persistance, leur obstination, leur conatus. C’est comme si la technique avait arrachée à la reproduction comme aux métamorphoses une partie de leurs secrets en croisant les deux espèces. Pas étonnant qu’on ait vu dans le feu de Prométhée ce qui fluidifie toutes choses et, en même temps, ce qui leur procure une durée, une dureté, une consistance nouvelle. Pas une archéologue digne de ce nom qui ne s’émeuve devant les poteries qu’elle déterre et qui, même fracassées, dureront autant que notre Terre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.