Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

S’il est vrai que le lent Déluge de la res extensa a submergé la Vierge et les saints, elle a noyé beaucoup plus obscurément encore « le mode d’existence de l’objet technique». Simondon aussi s’était indigné qu’un phénomène aussi massif puisse échapper à la conscience lettrée. J’y vois une preuve supplémentaire du manque de fiabilité des modernistes sur leur propre civilisation : comment ont-ils pu rater l’étrangeté, l’ubiquité, l’humanité des techniques ! Rater leur somptueuse opacité ! Mais surtout, ce qui m’a toujours stupéfié, manquer leur transcendance. Décidemment, c’est de la technique et pas de la nature qu’il faut dire « qu’elle aime à se cacher ».

On dira que tous les modes d’existence sont transcendants puisqu’il y a toujours un saut, une faille, un décalage, un risque, une différence entre une étape et la suivante, une médiation et la suivante, n et n+1 le long d’un chemin d’altérations —ce que la notion d’instauration cherche justement à cerner. La continuité manque toujours. Rien de plus transcendant, par exemple, que les repères géodésiques par rapport aux relevés inscrits sur le carnet du géomètre arpenteur ; rien de plus transcendant que la question d’une seule ligne posée au jury d’un procès par rapport aux milliers de pages d’un lourd dossier roulé grâce à un diable jusqu’au greffe du tribunal ; rien de plus transcendant que le rapport entre la tiédeur d’une prière rabâchée et le saisissement d’en avoir compris le sens comme pour la première fois ; rien de plus transcendant que le rapport entre la scène de carton pâte et l’envol des personnages de théâtre qui semblent en sortir. Les transcendances abondent puisque entre deux continuités il y a toujours une discontinuité dont elle forme, en quelque sorte, le prix, le chemin et le salut, bref l’être-en-tant- qu’autre.
Ce qui manque le plus c’est l’immanence. Faut-il rappeler qu’il n’y a pas deux mondes, le premier immanent et plein au dessus et au-delà duquel il faudrait en ajouter un autre —le surnaturel— et en deçà duquel, pour faire bonne mesure et loger les représentations, il faudrait en creuser un autre — l’intériorité— ? Il n’y a que des êtres sous naturels —nature comprise !11— tous légèrement transcendants par rapport à l’étape précédente le long de leur chemin particulier. Ils forment réseau et ces réseaux s’ignorent le plus souvent sauf quand ils se croisent et doivent composer les uns avec les autres en évitant autant que possible, les erreurs de catégorie. Le monde est donc plein de, ou plutôt non, le monde est constamment évidé par des circulations de transcendances qui le creusent tout au long par un fin pointillé laissés par les sauts et les seuils qu’il faut franchir de proche en proche pour exister quelque peu davantage. Une course d’obstacles, en somme.

11 Sur ce point capital voir Isabelle Stengers. Penser Avec Whitehead : Une Libre Et Sauvage Création De Concepts. Gallimard, Paris, 2002.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.