Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Comment pourrait-on imposer un transport sans transformation dans l’acte technique quand tout indique le contraire ? Ô c’est très simple : il suffit d’y ajouter l’utilité, l’efficacité ou, d’un mot plus savant, l’ustensilité. L’efficacité est à la technique comme l’objectivité à la référence : le moyen d’avoir le beurre et l’argent du beurre, le résultat sans le moyen, je veux dire sans le chemin de médiations appropriées (il en es d’ailleurs de même avec la Rentabilité, la troisième Grâce de cette archaïque mythologie). Tous les tourbillons et les trublions des transformations techniques peuvent être oubliés, si vous dites qu’on ne fait que transporter par l’objet technique la fonction qu’il doit fidèlement remplir. Si vous parvenez à voir dans toute technique un transport d’efficacité à travers un outil « parfaitement maîtrisé », et si, en plus, vous lui accolez un fabricateur qui possède dans sa tête une forme préalable qu’il applique à une matière inerte et informe, alors vous allez pouvoir, par un geste de prestidigitation, faire disparaître le monde matériel tout en donnant l’impression de le peupler d’objets dont la matérialité aura le même caractère fantomatique que la nature ! La voiture ? Elle « correspond » exactement au « besoin de déplacement » et chacune de ses formes «découle» de ses besoins. L’ordinateur? Il «remplit efficacement » la fonction pour laquelle il a été conçu. Le marteau ? Lui aussi provient d’une réflexion sur la « meilleure façon » de balancer le bras, le levier, le bois et l’acier. Donnez moi des besoins, et des concepts : la forme en sortira et la matière suivra. La technique ? De la pensée appliquée à de la matière elle-même conçue comme forme, si bien que, à nouveau, forme et pensée se répètent l’une l’autre. Entrée en scène de l’Homo faber qui moule ses besoins à travers des outils par une «action efficace sur la matière» (l’expression est malheureusement de Leroi-Gourhan), cinq mots aussi parfaitement innocents que parfaitement inadéquats.

Le mépris dans lequel on tient les techniques, vient de ce qu’on les traite sur le même modèle que celui qui a déjà servi à mécomprendre le travail de la référence scientifique10. De même qu’il existe en épistémologie une théorie de l’objectivité    comme    « correspondance »    entre    carte    et    territoire    par    le truchement de la forme, il y a en technologie une théorie de l’efficacité comme correspondance entre la forme et la fonction. On croit que la technique est une action venue de l’homme —mâle d’ailleurs le plus souvent— et qui porte ensuite « sur » une matière conçue elle-même par confusion de la géométrie et de la persistance. La technique devient alors une application d’une conception elle-même erronée de la science !
Comme on le voit, il n’y a pas que les anges qui souffrent d’être incompris : les techniciens non plus n’ont pas de chance, on les prend pour des savants simplement de rang inférieur —en se trompant sur eux après s’être trompé sur les savants… Ce n’est pas la technique qui est vide, c’est le regard du philosophe : dans le plus beau barrage sur le Rhin, Heidegger ne parvient à rien voir d’original quant à l’Être. Il se contente de redoubler le mouvement universel d’occultation de la chose savante en le prolongeant un coup plus loin : la Science n’est qu’un avatar de la Technique, après que celle-ci ait été préalablement mécomprise comme Gestell. Magistrale méprise sur la maîtrise. Beau cas d’oubli de l’être en tant que technique. Manque de générosité ontologique !

10 Voir mon L’espoir De Pandore. Pour Une Version Réaliste De L’activité Scientifique (Traduit Par Didier Gille). la Découverte, Paris, 2001.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.