Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Prenons bien garde : malgré le style si daté, il ne s’agit en rien d’un retour à l’Idéal du Beau dont l’œuvre serait le creuset. Dans les deux cas, aucun doute là dessus, aucune hésitation chez Souriau: sans activité, sans inquiétude, sans main d’œuvre, pas d’œuvre, pas d’être. Il s’agit donc bien d’une modalité active. Mais l’accent résonne tout autrement dans le cas du constructivisme et dans celui de l’instauration : l’appel au constructivisme sonne toujours critique parce qu’on croit entendre derrière la désignation du constructeur ce Dieu capable de créer ex nihilo. Il y a donc toujours du nihilisme dans le Dieu potier : si les faits sont construits, alors le savant les construit de rien ; ils ne sont eux-mêmes que de la boue saisie par le souffle divin. Mais s’ils sont instaurés par le savant ou par l’artiste, alors les faits comme les œuvres tiennent, résistent, obligent —et les humains, leurs auteurs, doivent se dévouer pour eux, ce qui ne veut pourtant pas dire qu’ils leurs servent de simple conduit.

Du mode d’existence technique

L’un des plus étonnants traits des Modernes c’est le peu de place qu’ils accordent à ce qui les définit le plus nettement aux yeux de tous les autres depuis le début des grandes découvertes : l’art et la manière de déployer la technique. Ceux qui se vantent d’être de « solides matérialistes », n’ont pas donné deux pensées à la solidité des matériaux. Qu’on méprise la religion, cette figure qui n’a pas su tenir son rang ontologique devant la compétition des sciences, je veux bien; que l’on se méfie des tripatouillages de la psychologie, je le comprends sans peine : ils contaminent toujours assez dangereusement ceux qui les manipulent. Mais les outils ? les automates ? les machines ? le paysage même que l’on n’a cessé de retourner et de labourer depuis des centaines de milliers d’années, les inventions qui dans les trois derniers siècles ont bouleversé nos vies plus que toutes les autres passions ? Pour mille ouvrages sur les bienfaits de la connaissance objective —et les risques mortels que feraient courir sa mise en cause—, il n’y en a pas dix sur les techniques —et pas trois pour signaler le danger mortel que l’on courrait à ne pas les aimer. Je veux pour preuve de cet abaissement que dans le mot d’épistémologie nous entendions toujours une connaissance sur la connaissance, alors que dans le mot de technologie, malgré les efforts d’André Leroi-Gourhan et de ses disciples, nous ne parvenons plus à nous souvenir

que gît emprisonnée une réflexion quelconque sur cette technique. Nous n’hésitons pas à dire de la plus humble machine pleine de puces qu’elle est une    « technologie »,    mais    nous    n’attendons    d’elle    aucune    leçon ;    à    un «technologue» nous demandons seulement qu’il vienne réparer la dite machine mais pas qu’il nous en offre une connaissance. Qu’en ferions-nous ? Il n’y a rien à penser dans la technique. Ce n’est qu’un tas de moyens compliqués. Tout le monde le sait.
Même la philosophie politique, pourtant si peu prolixe, peut se flatter d’avoir engendré plus d’ouvrages que la philosophie des techniques ; on peinerait à les compter sur ses dix doigts. C’est que l’on s’est servi de ce que j’appelle l’information double-clic (le déplacement sans transformation) pour étalonner une manière d’être pour laquelle elle est aussi peu faite que pour juger du cheminement des faits, des démons, des anges ou des moyens de droit. Mais comme toujours, au lieu de rejeter un étalon si manifestement inadéquat, on a choisi de faire rentrer la technique aussi dans ce lit de Procuste. Alors que toute l’expérience s’insurgeait contre une telle mutilation, on a fait comme si la technique, elle aussi, transportait sans déformation de simples informations. Il est vrai que les ingénieurs n’ont pas protesté, se donnant tout le mal du monde pour ressembler à l’image de savants butés qu’on voulait donner d’eux !

On dira que là, vraiment, c’est impossible, que j’exagère, que je suis victime d’Occidentalisme, que tout dans la pratique des artisans, des ingénieurs, des technologues, des bricoleurs même, manifeste au contraire la multiplicité des transformations, l’hétérogénéité des combinaisons, la prolifération des astuces, le montage délicat des savoirs faire fragiles. Si l’on peut hésiter sur le mode d’existence de la reproduction (à cause de la persistance qui en résulte)9, hésiter encore sur celui des chaînes de référence (comme on accède bien aux lointains, on peut omettre à la fin les instruments qui ont permis cet accès), on ne peut pas douter que la technique émerge d’une longue série de transformations risquées. Par cette objection, le lecteur prouverait à quel point il a mal compris la capacité des Modernes à s’aveugler grâce à leur obsession pour le transport d’identité à identité par une identité. Si l’on veut mesurer l’abîme qu’ils sont capables de creuser entre la pratique et la théorie de la pratique, ce n’est pas seulement dans l’épistémologie, dans la psychologie ou dans la théologie qu’il faut aller, mais aussi dans la technologie (j’utiliserai toujours le terme dans son sens de réflexion sur la technique). Même quand ils parlent de « construction », les Modernes sont parvenus à cet exploit vraiment admirable de ne pas être constructivistes ! Pour ne rien dire de l’instauration.

9 J’appelle ici reproduction le mode d’existence qui assure la continuité dans l’être des phénomènes (mode entièrement distinct de celui de la référence) ; sur cette distinction : voir “A Textbook Case Revisited. Knowledge as Mode of Existence.” In The Handbook of Science and Technology Studies -Third Edition, edited by E. Hackett, O. Amsterdamska, M. Lynch and J. Wacjman, 83-112. Cambridge, Mass: MIT Press, 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.