Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Pour comprendre ce qu’il définit explicitement comme une enquête empirique et systématique, il convient de s’armer de deux notions essentielles. La première nous est déjà familière, puisque Souriau rattache directement son projet à une citation de James dans lequel celui-ci définissait l’empirisme comme un respect de l’expérience donnée par les prépositions :
« On sait quelle importance W. James attachait, dans la description du courant de la conscience, à ce qu’il appelait ‘un sentiment de ou, un sentiment de car’. Nous serions ici dans un monde où les ou bien, ou les à cause de, les pour et avant tout les et alors, et ensuite, seraient    les    véritables    existences »;    (…)    « Ce    serait    une    sorte    de grammaire de l’existence que nous déchiffrerions ainsi, élément par élément. » (p. 108).

Le point capital, c’est que cette ontologie des prépositions nous éloigne d’emblée du type d’enquêtes si fréquentes jusqu’ici dans les philosophies de l’être : la préposition ne désigne pas un domaine ontologique, une région, un territoire, une sphère, une substance. Il n’y a pas de région du si ou du et. Mais, comme son nom l’indique parfaitement, la préposition prépare la position qu’il va falloir donner à ce qui suit, offrant à la recherche du sens une inflexion décisive qui va permettre de juger de sa direction, de son vecteur. Comme la préposition, le régime d’énonciation prépare ce qui suit, sans empiéter en rien sur ce qui est effectivement énoncé. À la façon des partitions en musique, le régime indique seulement, dans quelle tonalité, dans quel clef, il va falloir se préparer à jouer ce qui suit. Il ne s’agit donc pas de rechercher ce qui subsiste sous les énoncés, leurs conditions de possibilité, ou leur fondement, mais, chose à la fois décisive et légère, leur mode d’existence. « What to do next ? » comme le dirait Austin dont la notion de force illocutoire pourrait d’ailleurs servir d’utile synonyme5. La force illocutoire, on s’en souvient, ne dit rien de l’énoncé mais elle annonce comment l’on doit accueillir ses conditions de félicité afin d’éviter les erreurs de catégorie et ne pas prendre par exemple pour une description, ce qui est un récit de fiction, ou pour une interdiction ce qui est une demande. Qu’il s’agisse de préposition, de régime d’énonciation, de mode d’existence ou de force illocutoire, la vection est la même : peut-on enquêter de façon sérieuse sur les relations comme on l’a fait si longtemps sur les sensations, sans les obliger à s’aligner aussitôt dans la seule et unique direction d’avoir à mener soit vers l’objet (en s’éloignant du sujet) soit vers le sujet (en s’éloignant alors de l’objet) ?

Toutefois, en prenant comme synonymes de mode d’existence des termes proches de la sémiotique ou de la linguistique (métaphores que Souriau utilise d’ailleurs aussi), je risque de faire déraper le projet avant même qu’il ait repris la bonne direction : nous sommes en effet habitués à poser soit des questions de langue soit des questions d’ontologie —habitude qui est évidemment la conséquence de cette bifurcation à laquelle nous souhaitons mettre fin en apprenant à compter sur nos doigts au delà de deux ou de trois. Il faut donc ajouter une précaution : nous devons non seulement différencier la recherche des prépositions de celle des substances ou des fondements, mais aussi

5 J. L. Austin (1970) Quand dire, c’est faire, Le Seuil, Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.