Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

respecté pour lui-même, qui fait toute l’originalité de cette étrange aventure intellectuelle. Bien qu’elle soit restée sans lendemain (la philosophie des techniques continuant à prendre les goûts et dégoûts de Heidegger pour une profonde pensée2), Simondon a saisi que la question ontologique pouvait s’extraire de la recherche d’une substance, de la fascination pour la seule connaissance, de l’obsession pour la bifurcation entre sujet et objet, et se poser plutôt en terme de vecteurs. Pour lui, sujet et objet, loin d’être au début de la réflexion comme les deux crochets indispensables auxquels il convient d’attacher le hamac où va pouvoir somnoler le philosophe, ne sont que des effets assez tardifs d’une véritable histoire des modes d’existence :
« Ce déphasage de la médiation en caractères figuraux et caractères de fond traduit l’apparition d’une distance entre l’homme et le monde; la médiation elle-même, au lieu d’être une simple structuration de l’univers, prend une certaine densité; elle s’objective dans la technique et se subjective dans la religion, faisant apparaître dans l’objet technique le premier objet et dans la divinité le premier sujet, alors qu’il n’y avait auparavant qu’une unité du vivant et de son milieu: l’objectivité et la subjectivité apparaissent entre le vivant et son milieu, entre l’homme et le monde, à un moment où le monde n’a pas encore un complet statut d’objet ni l’homme un complet statut de sujet (p. 168) ».

Simondon pourtant, demeure classique, obsédé qu’il est par l’unité originelle et l’unité future, déduisant ses modes les uns dans les autres, d’une manière qui pourrait en fait rappeler plutôt Hegel. Il n’aurait compté jusqu’à sept, que pour mener, en fin de compte, jusqu’à l’un… Le multiréalisme ne serait au fond qu’un long détour pour revenir à la philosophie de l’être, le septième des modes dont il a tracé l’esquisse.

C’est vers un autre livre, celui-là tout à fait oublié, par un philosophe qui n’a même pas connu le respect poli qu’on accorde quand même à Simondon, qu’il faut se tourner. Quand Etienne Souriau publie cet apax Les différents mode d’existence, en 1943, en pleine guerre, ce n’est pas pour parler de géopolitique, pour chercher les causes de la défaite ou pour remonter le moral des troupes3. Non, c’est pour explorer, avec une audace inouïe, une invention métaphysique toute fraîche ainsi qu’une stupéfiante liberté d’expression, la question du multiréalisme : de combien de façons différentes peut-on dire que l’être existe ? Si l’on pouvait faire à nouveau retentir cette expression si banale, on pourrait suggérer que Souriau s’intéresse aux manières d’être, en prenant certes très au sérieux le mot « être », mais en conservant aussi l’idée de manière, d’étiquette, de protocole, comme si le philosophe voulait inventer enfin, après plusieurs siècles de bifurcation4, une politesse respectueuse des bonnes manières de se comporter avec les êtres.

2 L’ustensilité est justement le mode d’existence le plus éloigné de la technicité :    Graham    Harman    (2002)    T ool-Being:    Heidegger    and    the Metaphysics of Objects, Open Court.
3 Etienne Souriau (1943) Les différents modes d’existence, PUF, Paris, réédition PUF 2009 avec une longue introduction d’Isabelle Stengers et de moi- même.
4 Le terme de bifurcation renvoie à Alfred-North Whitehead,. Le Concept De Nature. Vrin, Paris, 1998[1920].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.