Bruno LATOUR – Prendre le pli des techniques

Savoir prendre le pli des techniques

Au lieu de changer les connotations d’un vocable, mieux vaut en changer. C’est de nouveau au beau terme d’instauration qu’il faut recourir. L’artiste, nous a dit Souriau, n’est jamais le créateur, mais toujours l’instaurateur d’une œuvre qui vient à lui mais qui, sans lui, ne viendrait jamais à l’existence. S’il y a une question que ne se pose jamais le sculpteur, c’est la question critique : « Est-ce moi ou est-ce la statue qui est l’auteur de la statue ? ». Si je parle d’invisibles c’est pour suivre rationnellement le fil de ce labyrinthe, je veux dire du vrai labyrinthe : celui que l’architecte Dédale a construit pour le roi Minos. Si rien dans la technique ne va droit c’est parce que le cheminement logique —celui de l’épistemè— est toujours interrompu, dévié, modifié et qu’on va de déplacements en déviations —rappelons-nous que le daedalion, en grec, c’est le détour astucieux hors de la voie droite. C’est ce qu’on veut dire, fort banalement, quand on affirme qu’il y a là « un problème technique », un obstacle, un « os », un « bogue » ; ce que l’on désigne en disant de quelqu’un qu’il est le « seul techniquement capable » de résoudre cette difficulté : « il a le coup de main », le « knack ». « Technique » n’est pas un substantif mais un adjectif: «ça c’est technique»; un adverbe: «c’est techniquement faisable » ; soit enfin mais plus rarement un verbe : « techniciser ». Autrement dit, «technique» ne désigne pas un objet mais une différence, une exploration toute nouvelle de l’être-en-tant-qu’autre, une nouvelle déclinaison de l’altérité, une abaliété propre. Simondon lui aussi se moquait du substantialisme qui, là encore, là comme toujours, manquait l’être technique.

Rien à faire, demeurer fidèle à ce genre d’existence, c’est accepter sa rareté, sa fulgurante invisibilité, sa profonde et constitutionnelle opacité. Rien de plus courant, de plus quotidien, de plus expérimental : vous alliez au bureau en montant dans votre voiture, et soudain, sans avoir bien compris, vous vous retrouvez dans un garage, cherchant obscurément à saisir ce que marmonne un technicien en bleu de travail, accroupi sous le châssis, qui semble désigner de sa main noircie par l’huile de vidange une pièce dont le nom et la fonction vous échappe tout à fait sauf que (vous commencez à le devinez) de la disponibilité de cette pièce de rechange et de l’habileté de ce garagiste, vous vous mettez « à attendre des miracles », sachant qu’il « faudra y passer » si vous voulez retrouver le chemin de votre bureau —et que, en plus, vous « allez le sentir passer ». Voilà, le souffle de la technique a passé sur vous quelque temps jusqu’à ce que le ronronnement sous le capot vous fasse aussitôt tout oublier. Les êtres techniques seraient-ils donc, eux aussi, à occultations ? Aucun doute là dessus, l’oubli qu’il laisse derrière eux fait partie intégrante de leur cahier des charges. La technique aime à se faire oublier. On a autant de peine à la saisir en plein vol que les oiseaux migrateurs, il y faut de bonnes jumelles et un bon guide.

J’ai eu la chance, pendant les vingt cinq ans passés au CSI, de photographier bien des fois l’éclair des innovations techniques. Grâce à d’imprévisibles détours, des êtres totalement éloignés dans l’ordre de la reproduction deviennent la pièce manquante d’un puzzle dont on ne savait pas qu’il demandait tant d’intelligence. Par une longue série de détournements, tous plus ingénieux et imprévisibles les uns que les autres, voilà que la physique atomique se retrouve au service d’un hôpital pour y soigner le cancer. Par un autre détournement, le bois et l’acier s’impliquent l’un l’autre dans la balance d’un marteau. Par un autre détournement, les couches successives d’un programme, d’un compilateur, d’une puce parviennent à se compliquer et à s’aligner au point de remplacer cette vieille machine à écrire IBM dont la boule pourtant me paraissait si nouvelle quand elle a fait son apparition dans les années soixante —on pouvait même faire des gras et des italiques à condition de la changer par un petit clic !

Et ce n’est souvent pas la peine d’aller très loin dans les géniales innovations techniques, pour en saisir le détour, la totale originalité. On retrouve cette fulgurance dans l’humble geste du bricoleur qui trouve une cale pour empêcher une porte de se refermer trop vite. « Trouver le truc », tout est là. Quel mode va plus loin dans l’altération que celui-ci ? Le risque de la reproduction est admirable bien sûr, mais jamais les êtres de la reproduction ne sautent dans l’existence de façon aussi vertigineuse que les composants de la plus humble technique. Toutes les galaxies peuvent tourner les unes sur les autres, elle ne feront pas tourner la roue d’un char à bœuf sur son moyeu ; vous pouvez m’impressionner dans la Galerie d’histoire naturelle par la profusion des êtres vivants, oui, mais moi c’est la série des bicyclettes dans le Musée du Conservatoire des Arts et Métiers, ou l’entrée d’une locomotive électrique glissant sans bruit le long de ses rails éclatants jusqu’au quai de la gare, qui m’émeuvent. Par la technique, l’être-en-tant-qu’autre apprend qu’il peut être encore plus infiniment altéré qu’il ne le croyait jusque là.
S’il y a une chose vraiment que le matérialisme n’a jamais su célébrer, c’est la multiplicité des matières, cette altération infinie, des puissances cachées que l’astuce seule va y chercher. Comme on la comprend mal en prétendant faire des    techniques    les    simples    « applications    de    la    Science »    et    la    seule « domination de la Nature ». L’idée que l’on pourrait déduire tous les tours et détours du génie technique par des principes a priori a toujours bien fait rire les ingénieurs. Isabelle Stengers avait imaginé de réduire, par une expérience de pensée radicale, toutes les inventions techniques aux seuls « principes de base » reconnus par les savants et dont on enseigne dans les écoles qu’ils forment leur « indiscutable fondement » : réduites au cycle de Carnot les locomotives s’arrêtaient aussitôt ; limités à la physique de la portance, les avions s’écrasaient au sol; ramenée au dogme central de la biologie, l’industrie biotechnologique tout entière suspendait ses cultures de cellules. En s’envolant, les invisibles de la technique —détour, dédale, astuces, trouvailles— auraient réduits à néant l’effort des sciences. Plus d’invisibles, plus de domination. Cataclysme universel aux effets bien plus effroyables que la chute de quelques grattes ciels. Vulcain le boiteux se moque bien de la prétention d’Athéna à lui dicter ses lois. Tout dans la matière est esprit pour l’ingéniosité. Comment a-t-on perdu ce contraste au profit d’un rêve de maîtrise et de domination ? Comment a-t-on pu ignorer cette matériologie qu’a honoré pourtant tout un courant assez caché de la philosophie française de Diderot à François Dagognet en passant par Bergson et bien sûr Simondon 13? Perte aussi effarante que celle du religieux. Inversion tout aussi tragique, puisque les techniques vont si peu droit qu’elles laissent dans leurs sillage bien d’autres invisibles : les conséquences inattendues, les surprises, les déchets, tout un nouveau labyrinthe ouvert sous nos pas et dont l’existence même continue à être niée par ceux qui pensent pouvoir aller d’un coup, sans médiation, sans le péril d’aucun long détour, « droit au but » 14. « The magic bullet », « the technical fix », il faut bien parler Américain pour comprendre cette étrange cécité de Modernes sur la source la plus précieuse de toutes les beautés, de tous les conforts, de toutes les efficiences. Quelle manque de politesse pour notre propre génie. Il est bien tard pour parler enfin des précautions qu’il faudrait prendre pour apprendre à les aimer avec toute la délicatesse requise.
Comment nommer ce mode d’existence que l’on manquerait tout à fait si l’on faisait l’erreur de le limiter aux objets laissés dans son sillage sans en reproduire le mouvement si particulier ?

13 François Dagognet, Eloge De L’objet. Pour Une Philosophie De La Marchandise. Vrin Paris, 1989. Bernadette Bensaude-Vincent. Eloge Du Mixte. Hachette, Paris, 1998.
14 Ulrich Beck, La Société Du Risque : Sur La Voie D’une Autre Modernité (Traduction Par Laure Bernardi) (Préface De Bruno Latour. Flammarion, Paris, 2003.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.