Les « digital natives » une vieille notion.

Alors qu’Antonio Casilli, sociologue au centre Edgar Morin à l’EHESS, vient de publier Les liaisons numériques voici une conférence donnée lors du LIFT’10 à Genève sur la notion de « digital natives », ou natifs numériques.

Par ailleurs, un excellent article de Louise Merzeau sur L’intelligence de l’usager :

« Définir l’usager numérique suppose qu’on prenne la mesure des changements introduits par la mise en réseau des informations, mais aussi qu’on précise ce qui est affecté par ces changements : l’usage, l’objet, l’usager lui-même ? Cette interrogation convoque à la fois les enjeux d’une théorie de l’usage et ceux d’une digital literacy. Selon qu’on envisage le numérique comme un média s’ajoutant aux autres ou comme un écosystème environnemental, le statut, l’action et le degré d’implication de l’usager changeront de valeur. Tantôt récepteur (de messages), utilisateur (d’outils), consommateur (de services et de produits) ou producteur (de ressources et de valeurs), le digital user semble de fait capitaliser toutes les postures que les systèmes d’information et de communication peuvent assigner aux usagers. Reste à savoir si cette capitalisation se limite à recycler d’anciens « arts de faire », ou si elle produit une compétence inédite. » La suite ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire